Chronique : Zebrahead – III

Pochette de l'album III de Zebrahead

Ce vendredi 26 novembre marque la sortie du nouvel EP du groupe américain Zebrahead seulement deux ans après leur dernier album Brain Invaders.

Une nouvelle voix

Après le départ du chanteur et musicien Matty Lewis en avril dernier, le groupe a su recruter une voix très rapidement pour assurer l’avenir du groupe. C’est le chanteur et guitariste du groupe Assuming We Survive Adrian Estrella qui a rejoint les rangs. Ce choix a été judicieux puisque ce condensé de 5 titres annonce une couleur pleine d’énergie pour cette nouvelle ère. Le titre III de l’EP représente le troisième chapitre et la troisième réincarnation du groupe puisqu’il a déjà changé deux fois de co-chanteurs en 26 ans d’existence.

Une identité sonore sauvegardée

L’ouverture au piano de Lay Me To Rest, sortie en juillet dernier, nous laisse entendre la dualité entre la douceur de la voix poignante d’Adrian et les passages plus hard avec la voix d’Ali Tabatabaee qui vient rapper sur des guitares en parfaite harmonie. Cette introduction montre l’équilibre trouvé entre les deux chanteurs. C’est une chanson parfaite pour les nouveaux fans qui découvrent le style de Zebrahead et les anciens qui retrouveront leur énergie dans cette chanson. Si les deux chanteurs trouvent bien leur place dans cet EP, le guitariste Dan Palmer nous propose des riffs et des solos qui nous plongent dans des mélodies metal comme pour le titre Homesick For Hope qui est une chanson courte avec des rythmes typés heavy ; mais aussi dans Russian Roulette Is For Lover ? où on retrouve plutôt des sonorités rock californien. Malgré les paroles sombres du titre A Long Way Down, le groupe a su nous offrir une chanson très pop rock et dansante qui promet des concerts animés contrairement à Out of Time qui est volontairement sombre dans sa composition avec la batterie d’Ed Udhus placée loin dans le mix pour donner une reverb glaçante et mystérieuse dans une chanson où on retrouve un refrain extrêmement puissant.

Une transition équilibrée

Même si le choix de se séparer d’un chanteur est toujours difficile, le groupe a su retranscrire leur identité et leur esthétique première avec l’opposition entre les parties chantées et rappées. A travers cet EP on comprend parfaitement le choix du groupe Sum 41 de les avoir choisis comme première partie sur leur tournée en 2020 car on retrouve toutes ces sonorités metal dans les guitares et les rythmes de batterie puissants, qui complètent les voix des co-chanteurs, qui font la particularité du groupe canadien. Le style de Zebrahead, reconnaissable, est toujours présent et pourrait être comparé à celui de Linkin Park sur certaines chansons mais on retrouve de nouvelle influence à travers le titre Russian Roulette Is For Lover ? comme la basse de Ben Osmundson aux rythmes ska qui s’adaptent parfaitement au rap d’Ali.

C’est un EP très intéressant pour la venue d’Adrian Estrella et c’est un retour gagnant qui promet un futur radieux au groupe. Mais malgré un EP remarquable avec des chansons qui sauront soulever les foules, l’auditeur ne profitera de ces 5 titres que pour 16 min environ. Un album avec cette même qualité ne serait pas de refus !

Il faudra être patient pour les voir en concert car aucune date n’est prévue en France prochainement.

Informations :
Label : MFZB Records
Date de sortie : 26/11/2021
Site web : http://www.zebrahead.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.